Sélectionner une page

J’ai découvert Guy Ferrer à l’occasion de l’exposition Échos de Chine – avec Sophie Deschamps/Nathalie Gaillard et la Fondation Coffim dans la Galerie 104 à Paris.

Une de ses oeuvres majeures est “La Tolérance”,

Guy Ferrer a déclaré : ” (https://mediterranee-plurielle.com/index.php/2019/12/07/t-o-l-e-r-a-n-c-e/)

“« Il n’est pas important qu’un être soit croyant ou non. Ce qui est important, c’est d’être tolérant » Dalai Lama

« T.O.L.E.R.A.N.C.E » est une sculpture monumentale constituée de neuf lettres en bronze, chacune représentant à la fois une lettre du mot « tolérance » et une figure évoquant un culte ou une spiritualité différente. Son édition est limitée à huit séries numérotées.

La sculpture a été créée en 2004, en réaction aux attentats frappant le World Trade Center à New York. Elle correspond à l’engagement d’un artiste pacifique, œuvrant avec son art contre la menace d’un choc des religions, source d’un chaos grandissant dans le monde.

La sculpture « T.O.L.E.R.A.N.C.E » véhicule un message artistique et politique mettant en exergue un défi majeur auquel l’humanité doit faire face actuellement.

Un mot devient intelligible grâce à chacune de ses lettres, toutes d’égale importance pour lui donner son sens. De la même façon, les différentes cultures et croyances de nos sociétés peuvent cohabiter fraternellement et se compléter, grâce au respect réciproque et d’un peu de bienveillance.

Mystérieux et grave, mes émissaires vous invitent à les rencontrer, à respecter leurs différences et les croyances qui suggèrent. Ensemble sur un même site, il nous parle de rencontre et d’harmonie, de complémentarité pacifique.

Alors que nous tous, humains, avons en commun la quête spirituelle inhérente à notre nature parce que fondée sur la conscience de notre précarité, on assiste en permanence à la démonstration médiatisée des oppositions et des combats menés au nom des religions. Cette situation se stigmatise de jour en jour, une notion d’urgence vient renforcer ce constat.

Pourtant la mosaïque des croyances et des peuples fait le monde…

Par cette sculpture j’ai voulu mettre en exergue la ressemblance de la quête, quelle qu’elle soit et quel que soit le « dieu » auquel elle est adressée.

C’est cette ressemblance et cette convergence qui devraient être démontrées, au lieu des divergences engendrées par de vaines supputations ou de folles affirmations quand au divin, par nature ambigu et donc contestable.

Chacune des lettres, par son graphisme particulier, évoque une croyance du monde. Mais les interprétations sont laissées volontairement ouvertes à l’imagination de chacun…” (Guy Ferrer)

https://www.guyferrer.com/